Parce que chaque salarié arrive avec son expérience de vie pour la mettre au service des ONGs, il fallait bien une rubrique pour mettre en valeur les différents parcours de nos salariés et qui font d’ONG Conseil Belgique une entreprise humainement riche! Ce mois-ci, entretien avec Tawny, Responsable du BackOffice et Conseillère en prévention du SIPP (Service Interne de Prévention et Protection)…

 Bonjour, qui es-tu?

 Je m’appelle Tawny Herbignat, j’ai 33 ans aujourd’hui. Je suis originaire de Bruxelles.

Quel a été ton parcours avant d’arriver à ONG Conseil Belgique ?

J’ai commencé en août 2010 comme Recruteur de donateurs en interne chez Amnesty International (AI). Je suis arrivée pour la première fois chez ONG Conseil Belgique, en octobre 2010. Puis j’ai retravaillé en interne chez AI en tant que chef d’équipe entre 2010 et 2012 avant de reprendre des études d’infirmière (première et deuxième année). Entre temps je suis tombée enceinte j’ai donc tout mis en suspens et j’ai décidé de reprendre le travail en rue pour ONG Conseil Belgique. Ma fille est née à la fin de mon contrat de Recruteur de donateurs en 2016.

A la fin de mon congé maternité, on m’a proposé un poste au pôle BackOffice, alors j’ai sauté sur l’occasion et je ne l’ai plus quitté depuis !

Quelle est ta mission actuelle ?

J’ai commencé en tant que BackOffice Officer. J’effectuais d’abord les appels de bienvenue, puis j’ai commencé à traiter les demandes du service donateurs. Quelque temps après je suis devenue Conseillère en prévention pour le SIPP et depuis peu je suis également BackOffice Manager.

Comment fonctionne le pôle BackOffice ?  

Au BackOffice nous sommes trois. Il y a Christophe, Lucas et moi.  Je suis la personne de référence du pôle et bien que mes collègues soient autonomes. J’ai donc la responsabilité de toutes les erreurs qu’il pourrait y avoir, du suivi de l’équipe et c’est également à moi de répondre s’il y a des demandes particulières et/ou des mécontentements. Tous ensemble nous nous occupons du Welcome Call (appels de bienvenue), du traitement des domiciliations, nous effectuons les appels pour la veille qualité et le traitement des demandes du service donateurs de Coalition Plus. Ce qui peut représenter plusieurs milliers de demandes par mois et qui viennent de la Belgique, de la France ou de la Suisse.

Peux-tu nous expliquer plus en détails ce qu’est la veille qualité ?

 Nous pouvons être amenés à évaluer le discours des recruteurs et rediriger celui-ci si besoin. Nous l’effectuons dans le cadre d’une promotion, passage booster par exemple, ou  encore si nous avons ressenti un dysfonctionnement lors des appels de bienvenue, nous évaluons alors s’il s’agit d’une erreur de discours ou d’une incompréhension isolée. Nous pouvons également réaliser ce travail à la demande des Responsables programme terrain pour leur suivi. On s’assure alors que le recruteur fournit des informations cohérentes et valables au(x) futur.e.s donateurs.trices. C’est un peu le miroir de la rue le but étant de mettre en lumière des choses que l’on ne voit pas forcément et de rectifier le tir.

 En quoi consiste ton rôle de Conseillère en Prévention ?

 Mon rôle est un rôle de médiation. Nous ne sommes pas psychologues donc nous pouvons uniquement guider vers des structures adaptées. Il faut savoir que tout ce qui est dit auprès des conseillères en prévention est tout à fait confidentiel ! Dans certains cas les plus graves , la Direction peut être avertie. Nous pouvons mettre en place des formations, par exemple, sur le bien-être au travail afin d’éviter des situations de burn-out, ou éviter le harcèlement, etc… Le but est aussi de prévenir les risques liés au métier par exemple en situation d’état d’urgence ou de grand froid. Dans ce cas nous adaptons les conditions de travail et proposons, par exemple, des vêtements adaptés au froid, nous aménageons les horaires en période hivernale, etc.

Pour résumer, la mission du SIPP est de tout mettre en place pour que les salariés, au bureau comme dans la rue, travaillent dans de bonnes conditions physiques et psychologiques.

 Des activités en parallèle ?

Oui ! J’ai un deuxième boulot ; Je suis maman ! Donc une fois que je finis mon travail chez ONG Conseil Belgique, je travaille pour ma fille qui est une patronne exigeante ! Avec elle, pas besoin d’email, je sais que je dois réagir du tac au tac ! Mais c’est la plus belle chose qui me soit arrivée ! Je concentre la plupart de mes activités autour d’elle. Sinon j’aime voir mes ami.e.s autour d’un verre…

Un dernier mot ?

On connait tous la réalité du travail en rue parce qu’on l’a tous fait ! Alors je dirais, gardez les belles rencontres qui illuminent vos journées. Autrement dit, accrochez-vous au moindre rayon de soleil, ça rend la vie plus belle !